The Parisian Showgirl

Après avoir écrit pendant trois ans sur le blog de ma très chère Armelle Cohen pour le club Jobart Barjot dans lequel j'ai eu la chance et l'opportunité de me produire pendant plus de 5 ans et d'y avoir crée mes numéros les plus audacieux; je décide enfin à me relancer dans l'aventure de l'écriture et de partager avec vous mes petits secrets, créations de numéros et bien d'autres choses ! Que l'aventure commence !  

Dans ce premier article, je vais vous parler et vous raconter la création de mon nouveau numéro Signature "The Parisian Showgirl".

Tout a commencé en 2009 à Genève dans le petit écrin du Palais Mascotte, un joli cabaret dans lequel j'ai été bookée deux mois ; vu que les shows commençaient très tard le soir et qu'une fois avoir visité Genève  deux ou trois fois il n'y avait pas grand-chose à faire de ces longues journées, j'ai passé du temps au Palais Mascotte dans ma petite suite à réfléchir et à imaginer de nouveaux numéros.

 

Un jour en réfléchissant et en dessinant un nouveau logo  pour mon site, j'ai eu l'idée de créer un projet ambitieux (un peu trop pour l'époque) mais qui finalement après 9 ans entre l'idée et sa réalisation, a enfin pu voir le jour.

Ce projet audacieux (et un peu fou il faut le dire) serait de créer une tour Eiffel géante surmontée d'un diamant qui tourne incrustée de Swarovski (rien que ca !) sur laquelle je monterais (ah oui quand même !) et ainsi de créer un numéro Signature inédit dans la sphère Burlesque.

Après de longues années de réflexion et d'indécision, entre trouver le bon décorateur et constructeur, le matériaux, faire plusieurs croquis pour trouver la bonne proportion afin que le décor soit la parfaite petite soeur de la Dame de Fer de 1889, avec ses magnifiques alcôves du 1er étage encore intactes avant que celles-ci  ne soient considérées comme désuètes à partir de 1937 et soit enlevées,

 je me décide enfin à me lancer et à passer de l'idée projetée sur papier à la concrétisation ; du rêve à la réalité. 

C'est en 2014 que mon décor, ce mastodonte de metal tout en filigrane, atteignant les 2m60 de haut sera terminé, mais ce n'est pas fini ! il me restera maintenant la réalisation du costume. Le long périple ne fera que commencer !

inspirée depuis le début de ma carrière par les revues grandioses et grandiloquentes de la fin du xix eme et début du xx eme siècle,  plus précisément inspirée par les mythiques "Tableaux Vivants" des Folies Bergère, les fantastiques Showgirls des Ziegfeld Follies ou encore les costumes du Windmill Theater, il me devait de faire un numéro très Showgirl  Parisienne ! et donc de réaliser un costume opulent inspiré par les Showgirls comme Mistinguette, ou encore par les costumes du grand Erte qui me font tant rêver.

Je me suis plus particulièrement inspirée des costumes du personnage de Satine "The Sparkling Diamond" dans le film de Baz Lurhmann "Moulin Rouge", ainsi que des costumes de John Galliano pour Kylie Minogue. 

j'ai alors opté après plusieurs essais de croquis pour un costume composé d'un corset overbust fait de satin duchesse couleur argent, contrasté de plumes couleur peche, d'une paire de gants du même tissu, d'une traine fait de boas d'autruche en dégradé peche, et de bijoux en formes d'étoiles , le tout confectionné sur mesure par des costumiers, corsetiers, bijoutier, plumassier; et enfin pour accessoire ultime une paire d'éventails en boas d'autruche en hommage à la très grande danseuse Sally Rand.

  

Une fois toutes les pièces de mon costume réunit, il me faudra encore plusieurs mois à customiser, coudre, coller Swarovski par Swarovski toutes les piéces du costumes.

ET que serait un numéro sans musique ? pour ce numéro je voulais absolument utiliser Nightmare d'Artie Shaw que l'on peut écouter dans le film Aviator de Martin Scorcese, une musique que j'adore, tellement Film Noir et prenante.

Ce numéro étant un numéro plus Showgirl que Femme Fatale j'ai alors décidé de mettre cette musique en première partie, puis en deuxième partie, pour rendre le numéro plus dynamique, j'ai utilisé le superbe remix plus moderne de cette même musique qui du coup donne une belle cohérence au numéro.

Il restera bien sûr à réaliser la chorégraphie, à peaufiner les pas, les poses, les gestes, et à répéter pendant plusieurs mois la danse d'éventails avec ses plumes gigantesques (expérience assez difficile au début) !

 

ce ne sera qu'en 2018 que j'aurais le plaisir pour la première fois de montrer ce numéro sur scène, et après toutes ces années à rêver de la realité, cette réalité se transforma en rêve.

 

 

From Paris with Love

 

 Scarlett  

© 2007-2019 Scarlett Diamond